Les actualités de notre agence Provence Luberon Sotheby’s International Realty

Le Luberon, une terre de providence

Le Luberon, une terre de providence

Petit guide et histoire et particularités du Luberon

Le renom du Luberon ne doit rien au hasard. Porte drapeau d’une Provence authentique et préservée, entre Alpes de Haute Provence et plaine du Vaucluse, il possède à lui seul tous les atouts qui ont fait de cette superbe région, l’une des plus prestigieuses du Sud de la France. La beauté austère de ses vieux villages et de ses mas aux pierres blanches disséminés dans les coteaux attirent une clientèle avide de calme et de culture. Que vous soyez touristes, artistes ou simplement à la recherche d’un coin de ciel bleu pour vous ressourcer, vous serez séduits par cet environnement superbe.

Dès le sud, Lourmarin, en sentinelle, entrouvre les portes de ce site naturel classé. Ce village de caractère, dominé par son château, offre aux visiteurs une halte paisible dans la fraîcheur de ses ruelles pavées. Henri Bosco ou Albert Camus y trouvèrent l’inspiration. De là, vous emprunterez la Combe de Lourmarin, voie historique aux étroits défilés bordés de forêts de chênes verts pour arriver à Bonnieux. Solidement bâti sur les crêtes du Luberon et offrant au nord un superbe panorama sur la plaine du Calavon, les Monts de Vaucluse et le Ventoux, ce vieux village, autrefois commanderie templière puis domaine pontifical jusqu’en 1793, témoigne d’une riche histoire. Très prisé à la belle saison, ses ruelles en pente grimpent jusqu’à l’imposante église du XIIème siècle.

De ses nombreux points de vue, on aperçoit Ménerbes, édifié lui aussi sur les hauteurs. Longtemps bastion protestant, cet autre village au passé tumultueux abrite de belles demeures, tandis que de beaux mas restaurés occupés par de discrètes célébrités s’étagent aux alentours. Dans un foisonnement de verts, d’ocres et de lavande, apparaissent, par endroits, des murets de pierres plates, ou des bories régulièrement entretenues et caractéristiques de cette région. Ces constructions aux formes curieuses, datant, pour certaine, du Néolithique, symbolisent le Parc du Luberon.

Ne manquez pas Lacoste, Oppède ou Goult, autres villages qui, dès l’été venu, dans des cadres somptueux, offrent manifestations culturelles et concerts de musique de chambre ou de piano à un public averti.

Plus à l’est, moins connu mais tout aussi pittoresques, les villages de Vaugines ou de Mirabeau ont servi de cadre aux tournages des films « Jean de Florette » ou « Manon des Sources » d’après Marcel Pagnol.

A l’est de Gordes, un village se singularise par un don de la nature qui à fait vivre ses habitants depuis la fin du XVIIIème : Roussillon et ses fameuses ocres. Extrait des Ocres, ce pigment donne une couleur naturelle inimitable que l’on retrouve partout dans ce village au nom évocateur. Cet extrait a été beaucoup utilisé dans les enduits recouvrant les façades des fameuses bastides provençales que l’on trouve à Aix-en Provence, entre autres.

A la manière d’une image d’Epinal, le Luberon a su entretenir avec beaucoup d’authenticité, le mythe d’une Provence éternelle avec ses maisons aux volets de couleur environnées d’oliviers et de lavandes agités par un petit mistral sous un soleil éclatant. Le bonheur semble d’y être arrêté depuis toujours.

7 des PLUS BEAUX VILLAGES DE France se trouvent dans le Luberon : Roussillon, Gordes, Ansouis, Roussillon, Seguret, Menerbes, Lourmarin

Pratiquement à l’abandon au début du XXe siècle, la région a retrouvé une seconde jeunesse dans les années 1950 lorsque écrivains et peintres - Picasso, Chagall, de Staël - attirés par ce cadre exceptionnel, y ont posé pupitres et chevalets. Depuis, cet engouement ne s’est pas démenti et la région est aujourd’hui très « tendance ». Les mas aux pierres sèches, restaurés avec soin, se sont agrandis de piscines et de jardins ornementaux aux espèces exotiques ; leurs résidents parlent, pour beaucoup, une langue étrangère. N’empêche, les habitants protègent farouchement leur authenticité et leurs racines, au prix, parfois, d’un accueil un peu « rustique ». Une mauvaise prononciation, « Lubéron » à la place de « Luberon » (l’original) et sonne le tocsin de la défiance envers l’allogène. La différence entre gens d’ici et de passage est d’abord linguistique ! Ici justement, les hommes naissent dans des villages bâtis sur des éminences rocheuses, tout là-haut, bien au-dessus de la mêlée. Un orgueil propre aux populations rurales, pas encore perverties par le tourisme de masse, conscientes d’habiter un pays de Cocagne envié de tous. Pour bouter hors de leurs frontières petits revendeurs et autres marchands de pacotilles, les agriculteurs des communes d’Apt et du Coustellet ont créé les marchés paysans avec l’objectif de proposer en direct le produit de leur labeur. L’achat-revente y est strictement interdit. Tout ce qui trône sur leurs étals a été semé, cultivé, nourri et récolté de leurs mains. Une belle occasion de redécouvrir les saisons, la fraîcheur et le goût du vrai.

Flâner dans les ruelles pavées des villages perchés, déambuler entre les étals chargés de victuailles, s’arrêter devant des cerises gorgées de jus, craquer pour un poulet fermier élevé au grain, s’offrir des tomates mûres juste à point. Une petite mélodie à l’harmonie sans fausse note se joue chaque jour sur les marchés du Luberon. Langue de terre qui s’étend de Cavaillon à Manosque, entre monts du Vaucluse et pays d’Aix, le Luberon est scindé en deux par la combe de Lourmarin patiemment creusée par la rivière Aiguebrun.

PARC NATUREL REGIONAL DU LUBERON :

Le parc naturel régional du Luberon est un parc fondé en 1977, comprenant un massif montagneux de France, peu élevé qui comprend trois « montagnes » : le Luberon oriental, le Grand Luberon et le Petit Luberon. Il abrite une faune et une flore d’une exceptionnelle diversité ainsi qu’un patrimoine architectural et paysager de grande valeur. On y retrouve une production d’olives, de cerises, des amandiers et des vignes. Une AOC ‘Côtes du Luberon’ regroupent de nombreux producteurs. Une culture de plantes aromatiques notamment de lavandins rend célèbres de nombreux endroits de ce parc. Ici, le tourisme est très important. En premier lieu, le tourisme historique et culturel qui s’appuie sur un patrimoine riche des villages perchés (plusieurs villages classés ‘Plus Beaux Villages de France’ ou sur des festivals (Festival des Soirées d’Eté de Gordes, Festival organisé par Mr Pierre Cardin à Lacoste…). Ensuite, le tourisme détente qui se traduit par un important développement des chambres d’hôtes, de l’hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante de piscines et par des animations comme des marchés provençaux. Enfin, le tourisme vert qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu’offrent le Luberon et ses environs. Même le cinéma s’est intéressé à ce coin de France réputé pour son ciel limpide : Heureux qui comme Ulysse avec Fernandel, L’Eté meurtrier, Manon des Sources et Jean de Florette, Une Grande Année de Ridley Scott…

Depuis le 15 décembre 1997, le Luberon a été classé réserve mondiale de la biosphère par l’UNESCO. Ce label reconnaît le rôle essentiel du Luberon dans l’équilibre économique régional et la valeur patrimoniale de ce territoire au plan international.

Pour vos séjours ou pour un investissement, que rechercher de mieux qu’un des airs les plus purs d’Europe ?

Gordes Le fleuron du Luberon

Sur la partie nord du Parc du Luberon, solidement ancré sur un massif calcaire, le village de Gordes surplombe la plaine. Le joyau du Luberon n’usurpe pas son titre. Au détour d’un virage, il apparaît dans toute sa beauté austère avec ses maisons étagées de pierres sèches desservies par des ruelles en pente aboutissant invariablement à la place du château. Galeries de peinture et échoppes agrémentent votre promenade dans un dédale de façades en pierre. Les calades se découvrent à petits pas tout en admirant les façades des maisons et la vue s’offrant en trouée ou en panoramique aux détours d’une ruelle.

Compte tenu de sa position dominante et de la force qui s’en dégage, on imagine un passé glorieux, où ses habitants ont dû faire face à des invasions, des guerres, des luttes de pouvoir. Tenant son nom d’une tribu celte, les Vordenses qui construisent un oppidum, Gordes s’agrandit au fil des siècles. Son château domine le village ; construit au XIème siècle sous l’égide de Guillaume d’Agoult, remanié au XVIème par Bertrand de Simiane, sa cheminée monumentale de 1541 se laisse admirer dans la salle d’honneur. Haut lieu possédant un riche patrimoine, de nombreux artistes du XXè siècle redécouvrent le village : Genty Pantaly, le célèbre cuisinier, Chagall, Jean Deyrolle, André Lhote, Serge Poliakoff, Victor Vasarely qui a eu ses œuvres exposées dans le château, Pol Mara…Tous ceux-ci ont contribué à son épanouissement culturel.

Gordes a été un important centre de production agricole avec l’oléiculture, la culture des figues et des amandes et les vers à soie ; de production artisanale avec ses fabriques de cuir et de tissage de soie (fabriques incendiées en 1886, les fileuses sont dans l’obligation de faire 3 heures de marche jusqu’à Fontaine de Vaucluse pour aller travailler, d’où le chemin de randonnée très agréable dit Chemin des Fileuses) et plusieurs carderies de laine ; de production de matières premières notamment grâce à la ‘pierre de Gordes’.

Le style architectural caractéristique du Luberon y est jalousement défendu et même règlementé donnant à l’ensemble une unité rarement égalée ailleurs. Le Village des Bories, devenu aussi célèbre pour son architecture en pierre sèche, ouvre ses portes comme une curiosité locale. Deux abbayes ont été construites : l’abbaye St Chaffret et, la célèbre Abbaye de Sénanque, encore en activité, toute proche de Gordes, chef d’œuvre roman, environnée de lavandes, apporte, à cette région, un intérêt supplémentaire.

De ravissants mas entourent le village, discrètement dissimulés derrière les murets de pierre. Certains avec de superbes échappées sur le Luberon.

Avec la renommée, l’économie du village s’est tournée vers le tourisme. Entouré de plusieurs hameaux tranquilles, Gordes n’appelle qu’à un séjour de villégiature apaisant. La jet set européenne occupe ce petit coin de paradis apparaissant souvent dans les magazines « people » qui se plaisent à les représenter, l’été, dans ces magnifiques décors.